Comme chacun le sait, une des phases les plus importantes en référencement consiste en l’acquisition de liens externes dont raffolent aujourd’hui les moteurs de recherche, y compris Baidu. Toutefois, pour être efficace, le link building chinois s’opère à l’aide d’acteurs et de méthodes bien différents des standards occidentaux. Présentation.

Annuaires spécialisés, communiqués de presse, commentaires de blog, articles sponsorisés, sites partenaires… Les moyens dont disposent les référenceurs français pour obtenir un lien (de qualité) sont, il faut bien le reconnaître, abondants, variés et bien souvent gratuits. A l’opposé, la tâche de leurs homologues chinois s’avère nettement moins facile…

Peu de choix dans le registre gratuit

La première grosse déception arrive du côté des annuaires et sites de communiqués de presse. Parmi les critiques récurrentes, une arborescence biaisée (dans plus de la moitié des cas, la catégorie nécessaire est inexistante), trop peu de marge accordée au référencement du site (pas de description textuelle, pas d’optimisation du couple texte cliquable/ URL cible) ainsi que des publicités omniprésentes…
A la différence des annuaires occidentaux conçus pour répondre à un besoin des internautes, les annuaires chinois me laissent pour beaucoup l’impression de n’être que des machines à fric facile. Qui plus est, les contres-exemples ne sont que trop souvent la version chinoise d’un annuaire international !

Annuaire Ezilon Chine
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn

Version chinoise de l’annuaire Ezilon.

Pour pallier à ce manque énorme, les référenceurs chinois peuvent néanmoins compter sur les services de quelques gros sites parmi lesquels Baidu Baike, Baidu Hi, Baidu Zhidao, Hexun, Sina Blog, Sogou Blog ou plus récemment Qing Weibo offrant tous la possibilité de laisser des liens optimisés (et aux dernières nouvelles do follow !). Toutefois, la liberté de manœuvre sur ces espaces est largement liée à l’actualité politique ainsi qu’au zèle des modérateurs ; Il n’est ainsi pas rare de se voir bloquer l’accès à Baidu Zhidao lors des congrès nationaux politiques même si le contenu en question n’est aucunement sensible.

Les partenariats (échange de liens réciproques) constituent également une solution envisageable notamment pour un référencement sur Baidu. Mais les webmasters ouverts au dialogue direct restent rares (surtout si le site n’a aucune notoriété).

Au final, le seul recours aux liens gratuits ne peut aujourd’hui suffire à se référencer sur des mots-clés chinois à forte compétition; Tout au mieux participeront-ils à l’acquisition de liens réguliers secondaires et génèreront un peu de trafic…

Mais alors, que faire ?

La location de liens, une pratique courante

On l’entend sans cesse, la Chine est un pays où tout se monnaie et constitue une source de business. Et le lien hypertexte n’échappe bien entendu pas à la règle. Loin d’un milieu sous-terrain obscur, le marché est très bien organisé et l’offre particulièrement transparente. Les sites ouverts à ce type d’échanges s’inscrivent au près d’agences intermédiaires qui proposent ensuite des listes de sites disponibles en fonction de différents critères : prix, thématique, emplacement du lien, PageRank de la page d’accueil, etc. Le coût mensuel moyen pour un panier d’une dizaine de sites hôte se situe aux alentours de 15/20€.

La pratique est à ce point courante (et lucrative) que les plus gros sites chinois affichent pratiquement tous un emplacement réservé aux liens payants. Les sites utilisateurs de ces services ne se cachent pas non plus, parmi eux, l’office du tourisme australien, rien que ça !

pied de page du site Tuniu.com
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn

Encart de liens payants sur le site Tuniu.com.

A noter qu’il est également possible, toujours par le biais d’agences, de publier des contenus sur des gros sites éditoriaux tels que Sina pour développer sa notoriété.

Les liens payants peuvent se révéler particulièrement efficace dans une stratégie de référencement chinoise. Un bémol cependant, car devant le caractère lucratif de l’opération, nombre de sites ont tendance à privilégier la quantité à la qualité. Résultat, votre site se retrouve très vite au côté d’autres sites n’ayant aucun rapport avec le vôtre. Si cette situation ne pose aucun inconvénient à Baidu, Google lui, pénalise de plus en plus le manque de thématisation des liens. Bref, à utiliser intelligemment et avec parcimonie donc !

Share This